Kiss me first : La mini série (presque) cyberpunk.

Passer presque inaperçue dans le catalogue Netflix depuis juin, cette mini  série (06 épisodes) devrait combler vos soirées.

 

Le synopsie :

«Après que sa mère a succombé à la maladie, Leila, 17 ans, se retrouve livrée à elle-même. Entre un job peu gratifiant et l’absence de soutien dans son entourage, cette ado désœuvrée se réfugie dans Azana, un jeu vidéo multijoueur en VR. Jusqu’au jour où elle fait la rencontre de l’énigmatique Tess, une fêtarde dépensière qui prend le pseudonyme de Mania dans le monde virtuel. Avec le temps, Tess va présenter à Leila le monde caché des Red Pill (une référence pleinement assumée à Matrix), une communauté sélective aux allures de culte menée par le mystérieux Adrian.»

 

 

Techno- thriller sur fond de VR ,on aurait pu s’attendre à une énième série pour ados puisque le créateur n’est qu’autre que Bryan Elsley connu pour avoir commis Skin , un univers bien loin de la SF et du cyberpunk en particulier. Le seul point commun reste l’âge des personnages.

L’action se déroule simultanément entre deux univers distincts : le réel et le virtuel , se confondant parfois. D’où peut-être la référence à Matrix avec le nom du groupe : Red Pils.

Les parties du jeu VR sont remarquablement réalisées et s’intègrent bien dans l’histoire.

On se laisse happer par l’intrigue qui pourrait paraitre parfois lente, mais cela rajoute à l’ambiance dystopique, qui s’installe au fur et à mesure des épisodes. Des personnages attachants ou mystérieux, notamment Leila et Tess et aussi le psychopathe Adrian dont on ne connaîtra que l’avatar et la voix.

Et le cyberpunk dans tout ça….on retiendra évidemment l’ambiance sombre, l’emploie de la VR à des fins criminelles et plus globalement l’addiction aux univers virtuels et leurs conséquences sur des ados fragilisés par la vie. Un anti «ready player One» glauque ,made in England qualifié par certaines critiques de crossover de Black Mirror.

Une saison 2 a été signée

 

 

 

 

Vous avez aimé ce contenu, alors merci de le partager sur les réseaux sociaux

1 thought on “Kiss me first : La mini série (presque) cyberpunk.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *